Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
gers himalaya

gers himalaya

Gers Himalaya site de l'association humanitaire qui intervient au Népal dans les domaines de l'éducation

Articles avec #actu nepal catégorie

Publié le par gershimalaya
Publié dans : #actu Népal

Voir les commentaires

Publié le par gershimalaya
Publié dans : #actu Népal

Voir les commentaires

Publié le par gershimalaya
Publié dans : #actu Népal

Durant le mois de “Kartik” dans le calendrier « Vikram Shambat » (fin septembre début octobre), les Népalais se livrent aux célébrations de la fête le plus importante de l’année, Dashain. Dashain est la plus longue et la plus généreuse fête du calendrier népalais, célébrée par toutes les castes et toutes les croyances au travers le pays. Les quinze jours de célébration se déroulent durant la dernière quinzaine de la lune claire et le jour de la pleine lune.

Partout dans le pays la déesse Durga est vénérée par d’innombrables pujas (prières), par d’abondantes offrandes et des milliers de sacrifices animaux pour un bain rituel sacré, baignant ainsi la déesse dans le sang durant plusieurs jours.

 

Dashain commémore une grande victoire des dieux sur les cruels démons. L’une des histoires de cette victoire est racontée dans le Ramayana, le seigneur Ram après une grande bataille massacra Ravana, le monstrueux roi des démons. On raconte que le seigneur Ram gagna la bataille uniquement lorsqu’il invoqua la déesse Durga. La principale célébration glorifie le triomphe du bien sur le mal qui est symbolisée par la déesse Durga pourfendant le terrible démon Mahisasur, qui terrorise la terre sous l’aspect d’un terrible buffle. Les neuf premiers jours représentent les neuf jours de la féroce bataille entre la déesse Durga et le démon Mahisasur. Le dixième jour est le jour où le démon Mahisasur fut vaincu et les cinq derniers jours sont la célébration de la victoire de la déesse bénite. Dashain est célébrée dans une grande réjouissance et Durga est vénérée partout dans le pays comme la déesse mère.

 

Lors des préparatifs, toutes les maisons sont nettoyées et joliment décorées, peintes pour accueillir la déesse mère, de façon à ce qu’elle puisse visiter et bénir chaque maison dans une perspective de chance et de bonheur. Durant ces moments, les parents proches ou éloignés, se réunissent dans les foyers. Les marchés sont remplis d’une foule de vêtements neufs et recherchés, de cadeaux, d’objets luxueux, et d’offrandes qui seront offertes aux dieux, mais aussi de denrées alimentaires pour les fêtes de famille. Des milliers de moutons, chèvres, canards, poulets, buffles sont préparés pour le grand sacrifice. Tout est fermé pendant dix à quinze jours. Il est impossible de trouver des ouvriers, pauvres comme riches sont d’humeur festive. N’importe où que vous alliez, vous sentez les arômes de « Vijaya Dashami »

 

Le premier des neuf jours est appelé « Nawa Ratri », lorsque se déroulent les rites tantriques. Au Népal, la force de vie est incarnée dans l’énergie divine et le pouvoir féminin représentés par la déesse Durga sous diverses formes. Chaque divinité qui émane de la déesse Durga est reconnue comme un don, chacune ayant des aspects et des pouvoirs différents. Dans la plupart des temples de la déesse mère, la déité est représentée comme un « Kalash » sacré (un pot sacré), un pot à eau sculpté. Durant les neuf jours, les personnes présentent leurs hommages à la déesse. Si elle est correctement adorée et contente, le dévot aura de la chance ; si elle est contrariée par de la négligence, la malchance sera au coin de la rue. La déesse mère est source e vie et de toutes choses.

 

Le premier jour de Dashain est appelé « Ghatasthapana » qui signifie littéralement « mettre en place le pot ». Ce jour, le « Kalash » (le pot sacré), symbolisant la déesse Durga, souvent avec son image figurant en relief, est placé dans la pièce où l’on prie. Le Kalash est rempli d’eau sacrée et couvert de bouse de vache sur laquelle sont semée des graines. Un petit rectangle de sable est fait et le Kalash est disposé en son centre. Le lit de sable autour du pot est aussi semé de graines. Le rituel de « Ghatasthapana » est accompli à un moment prometteur déterminé par les astrologues. A ce moment particulier le prêtre psalmodie la bienvenue, réclamant que la déesse Durga bénisse le Kalash de sa présence.

 

La pièce où est installé le Kalash est appelé « Dashain Ghar ». Généralement les femmes ne sont pas autorisées à entrer dans la pièce où sont pratiquées les Puja pour Dashain. Un prêtre ou le maître de maison effectue le rituel envers le « Kalash » une fois le matin et une fois le soir. Le « Kalash » et le sable sont humectés chaque jour d’eau sacrée et sont protégés des rayons du soleil. Pour dixième jour les graines auront poussées de 10 à 15 centimètres en une herbe jaune. Ces jeunes pousses jaunes sont sacrées et sont appelée « Jamara ». Elle seront déposées par les aînés sur le haut de la tête des plus jeunes durant les cinq derniers jours, en même temps que la pose du tika. Le « jamara » est considéré comme un signe de la Déesse Durga autant qu’une bénédiction des aînés.

 

Les jours passent et des rituels réguliers sont observés jusqu’au septième jour. Le septième jour est appelé « Fulpati ». Ce jour le Jamara qui a été utilisé par la maison royal est apporté de la maison royale des ancêtres, située à Gorkha, jusqu’à Kathmandu, en parcourant les cent soixante neuf kilomètres au travers les collines du Nord ouest. Une parade se tient sur « Hanuman Dhoka », place de l’ancien palais royal. La procession de Fulpati, qui apporte le « Jamara » et tout ce qui est nécessaire à la remise du Tika arrive de Gorkha après trois jours de marche et la plupart des responsables gouvernementaux et hauts fonctionnaires attendent avec enthousiasme la parade de « Fulpati » qui arrive dans l’après-midi à Rani Pokhari (bassin sacré de Kathmandu). Le quartier de Rani Pokhari est rempli de centaines d’officiels méticuleusement vêtus du costume traditionnel.

 

A l’occasion de Fulpati, le « Kalash » royal rempli d’eau sacrée, des régimes de bananes, le « jamara » et une canne à sucre, noués d’un ruban rouge, sont portés par des Brahmans de l’antique maison royale assis sur un palanquin décoré et sous une ombrelle brodée d’or et ayant une pointe dorée, conduits par un peloton militaire du prêtre royal. Les officiels gouvernementaux se joignent aussi à la parade. Bien que la parade de Fulpati soit conduite vers le vieux palais royal, Sa Majesté le Roi observe les cérémonies, ayant pris place à Thundikel, la parade militaire traversant la ville. Ainsi se déroule un majestueux défilé de l’Armée du Népal. Des coups de feu sont tirés qui résonnent dans toute la vallée. Les salves de coups de feu durent dix à quinze minutes en l’honneur de Fulpati. Au moment où la cérémonie de Fulpati royal se termine, commencent les festivités de Dashain.

 

Le huitième jour est appelé « Maha Asthami ». La ferveur des cultes et des sacrifices en l’honneur de Durga et de Kali augmente. Ce jour de nombreux hindous orthodoxes jeûnent. Des sacrifices ont lieu dans presque toutes les maisons tout le long de la journée. La nuit du huitième jour est appelée « Kal Ratri », la nuit sombre. Des centaines de chèvres, de moutons, de buffles sont sacrifiés dans les temples de la déesse mère. Dans l’obscurité de la nuit, les temples de Durga, les casernes, les vieux palais partout au Népal sont les lieux de sacrifices pour la déesse mère. Les sacrifices continuent jusqu’à l’aube. On s’active toute la nuit dans le vieux palais de la place Basantpur et de Hanuman Dhoka, avec des cérémonies rituelles dans presque toutes les cours. Pendant que les puja (rituels) sont pratiqués, de grandes fêtes se déroulent dans les maisons et de grandes quantités de viande sont consommées.

 

Le neuvième jour est appelé« Nawami ». Le temple de Taléju (divinité tutélaire du Népal) sur la place Hanuman Dhoka est ouvert au public une seule fois par an lors de Nawami. Des milliers de personnes se rendent à ce temple pour prier et faire allégeance à la Déesse. Les temples de la déesse mère sont remplis de monde de l’aube jusqu’au crépuscule. Ce jour se tient des sacrifices pour les officiels militaires dans la cour « Kot » à Hanuman Dhoka. Le gouvernement autorise des étrangers à assister aux cérémonies. Ainsi des centaines de touristes et diplomates se rassemble ici avec enthousiasme. Des animaux, principalement des buffles noirs sont abattus par centaines en l’honneur de Durga, la Déesse de la victoire et de la puissance pour rechercher sa bénédiction. Des groupes de soldats jouent des airs militaires, des armes retentissent et des officiers en grand uniforme, portant leurs médailles, se tiennent au garde à vous. Quand les cérémonies se terminent, la cour est remplie de sang jusqu’aux chevilles. Ce jour ci le Dieu « Vishwas Karma », le Dieu de la créativité est aussi adoré. Toutes les usines, les véhicules, et instruments divers qui servent à gagner sa vie, sont l’objet de culte. Il y a aussi des cultes pour tous les engins qui se déplacent comme les voitures, les avions, les camions, en vue d’obtenir leur protection par la déesse Durga, ainsi que pour leurs occupants contre les accidents durant toute l’année. La journée entière est pleine de couleurs.

 

Le dixième jour est appelé « Dashami ». Ce jour ci on se fait remettre le tika et le « Jamara » par les aînés pour recevoir leur bénédiction.

On visite nos aînés chez eux et on se fait remettre le tika, tandis que nos cadets viennent nous voir chez nous pour que nous leurs remettions le tika. L’importance de Dashain tient au fait que ce jour là les membres d’une famille, proches ou éloignés se rendent visite pour recevoir le tika et le « jamara », depuis le plus ancien. Cette cérémonie dure quatre jours. Le Roi reçoit aussi le tika du prêtre royal et ensuite le donne à ses loyaux sujets. Des milliers de népalais, autant que des étrangers, reçoive le tika de Sa Majesté le Roi, comme un signe de chance. Après quatre jours de précipitations et de rencontres entre parents, Dashain se termine le jour de la pleine lune, le quinzième jour. Le dernier jour les gens restent à la maison et se reposent. Le jour de la pleine lune est aussi appelé « Kojagrata », ce qui signifie « celui qui est réveillé ». La Déesse Hindoue de la richesse « Laxmi » est priée ; Ce jour là la Déesse Laxmi est une incitation à rendre visite à chacun.

 

Voir les commentaires

Publié le par gershimalaya
Publié dans : #actu Népal

Voir les commentaires

Publié le par gershimalaya
Publié dans : #actu Népal

Voir les commentaires

Publié le par gershimalaya
Publié dans : #actu Népal

Les parlementaires népalais ont élu lundi Ram Baran Yadav comme premier président de la République du Népal, rejetant le candidat soutenu par les maoïstes, a annoncé la télévision officielle.

Même si les pouvoirs du président seront limités, l'échec des maoïstes devrait retarder la formation d'un gouvernement. Les maoïstes népalais, qui disposent du plus grand nombre de sièges à l'Assemblée mais pas de la majorité absolue ont en effet menacé avant l'issue du scrutin de refuser de former un gouvernement si leur candidat à la présidence de la République n'était pas élu. Soutenu par le Parti du Congrès du Népal (centriste), Ram Baran Yadav a recueilli 308 des 590 voix des élus de l'Assemblée constituante. Le candidat républicain Ramraja Prasad Singh, soutenu par les maoïstes sans être membre de leur parti, a obtenu 282 voix. Un nouveau tour avait été organisé lundi alors qu'un premier vote samedi n'avait pas pu sortir le pays de l'impasse politique, aucun des candidats n'ayant obtenu les 298 voix nécessaires. "Nous sommes heureux que le fils d'un homme du peuple soit devenu le premier président du Népal. Yadav n'est pas un homme du parti du Congrès, mais de tous les Népalais", a commenté le secrétaire général du parti du Congrès du Népal, Bimalendra Nidhi. "C'est le résultat d'un processus démocratique multipartite. L'alliance est démocratique. Le pays était divisé entre les partis de gauche et les autres. Mais cette alliance est véritablement démocratique car toutes le forces se sont jointes", a ajouté M. Nidhi. Le nouveau président peut accepter la démission de Girija Prasad Koirala, considéré comme l'architecte de la "révolution", et qui assure les fonctions de chef d'Etat et de Premier ministre par intérim.

L'élection d'un président était considérée comme une étape cruciale pour sortir le pays de l'impasse politique dans laquelle il se trouve depuis que l'Assemblée, qui doit rédiger une nouvelle Constitution a renversé le 28 mai le roi Gyanendra et aboli la monarchie. Mais la défaite des maoïstes pourrait largement retarder la formation d'un gouvernement. "Nous n'avons pas encore décidé ce que fera le parti maoïste", a déclaré Krishna Mahara, porte-parole des maoïstes. "Il se peut que nous refusions de participer au gouvernement, mais nous n'avons pas pas encore pris de décision", a-t-il ajouté. Selon Prashant Jha, analyste politique, un président qui n'aura pas le soutien des maoïstes sera source de nouveaux "problèmes et défis". Un gouvernement sans maoïstes créerait une instabilité politique et affaiblirait le pouvoir et rendrait "extrêmement difficile" la rédaction de la nouvelle Constitution, selon lui. Les trois principaux partis, engagés dans un processus de paix qui a mené à la démobilisation des combattants maoïstes après dix ans de combats, espéraient parvenir à un consensus sur le nom du futur président. Les discordes politiques ont toutefois obligé les parlementaires à organiser le scrutin de samedi.

Le nouveau président aura un rôle essentiellement honorifique, reprenant certaines des anciennes prérogatives royales. Depuis sept semaines, la plupart des décisions politiques ont été paralysées par le blocage sur le choix du président. L'année fiscale est ainsi arrivée à son terme le 15 juillet, sans qu'un nouveau budget ait été voté.
Le niveau des salaires, les conditions de travail et le prix des carburants ont entraîné des grèves à répétition.

Voir les commentaires

Publié le par gershimalaya
Publié dans : #actu Népal

Le Népal change de drapeau national, au lendemain de l'abolition de la monarchie

 -  AP

29 mai 2008 --
29 mai 2008 -- Le drapeau de la royauté a été remplacé par le drapeau républicain au palais royal de Katmandou jeudi, au lendemain de l'abolition officielle par le Parlement de la monarchie vieille de 239 ans au Népal.

Ce changement de drapeau est "une décision du gouvernement pour montrer que le Népal est désormais une république", a indiqué un responsable du palais royal sous couvert de l'anonymat.

Après les célébrations qui ont accompagné mercredi l'abolition de la monarchie, les Népalais ont entamé jeudi dans le calme les trois jours fériés décrétés pour marquer le passage du pays de la monarchie à la république.

Le roi Gyanendra n'avait toujours pas réagi jeudi. Il dispose désormais de quinze jours pour quitter son palais et s'installer dans sa résidence privée dans la capitale Katmandou.

Le nouvelle Assemblée constituante népalaise, contrôlée par les maoïstes, a adopté mercredi à une majorité écrasante une résolution proclamant la république dans ce petit pays de l'Himalaya et la fin de ce qui était la seule monarchie hindoue de la planète.

 

Voir les commentaires

Publié le par gershimalaya
Publié dans : #actu Népal


 -  AP

KATMANDOU, Samedi 10 mai 2008 - Le Népal a autorisé, hier, la reprise de l'ascension de l'Everest après avoir bloqué pendant neuf jours l'accès au plus haut sommet du monde à ces centaines d'alpinistes pour permettre à une équipe chinoise d'y hisser la flamme olympique. Les alpinistes qui attendaient au camp de base de l'Everest peuvent entamer l'ascension, a annoncé Dinesh Adhikari, un responsable du ministère du Tourisme.

Trois mois jour pour jour avant l'ouverture des Jeux olympiques de Pékin, la flamme olympique a été hissée, jeudi, au sommet du "Toit du monde" (8850 mètres) par une cordée de 19 alpinistes chinois. Ils s'étaient élancés à partir du versant tibétain, sur la face nord de la montagne. Et le Népal avait interdit l'ascension depuis son territoire, par le versant sud, pour prévenir toute manifestation anti-chinoise sur l'Everest au même moment.

Plusieurs centaines d'alpinistes attendaient au Népal au camp de base, situé à 5300 mètres, depuis le 1er mai. Même s'ils ont reçu le feu vert, hier, pour partir à l'assaut du sommet, il leur faudra plusieurs jours d'adaptation à l'altitude avant de pouvoir gagner le sommet, a précisé M. Adhikari.

Le gouvernement népalais a donné l'autorisation à 290 alpinistes appartenant à 32 expéditions différentes d'escalader l'Everest durant la saison du printemps, qui s'achève dans quelques semaines. Quelque 150 exilés tibétains, dont de nombreux moines et nonnes, ont manifesté près de l'ambassade chinoise à Katmandou, criant "Tibet libre, nous voulons la liberté". Ils ont tous été arrêtés par la police népalaise. Selon R.P. Dhamala, un responsable de la police, il était probable qu'ils soient libérés avant la fin de la journée.

Le Népal a fait savoir qu'il n'autoriserait pas de manifestation contre des pays amis comme la Chine. La police népalaise a dispersé presque toutes les manifestations pro-Tibet organisées à Katmandou depuis mars.

Voir les commentaires

contact

ASSOCIATION GERS HIMALAYA

H​ôtel de Ville

F​-32 500 LAMOTHE-GOAS

ma​il: gershimalaya@yahoo.fr

 

Articles récents

Références

Association reconnue d'intérêt général (déduction fiscale à hauteur de 66%)

Agrément DDJS N° 2006-JEP-001

N°SIRET: 494 606 593 000 15

Code APE 913

Hébergé par Overblog